Accueil Tweet

Il reste trop longtemps aux toilettes et devient la risée de son entreprise. Reportage.



papier toilette
Photo de Ryan McGuire - gratisography.com

Il est 11h quand Jonathan décide d'aller aux toilettes. Vers 11h50 ses collègues commencent à se demander "mais où est-il ?". Jeanne, qui avait aussi envie d'y aller avant la pause déj, sait où est Jonathan. C'est alors qu'elle partage cette information essentielle : "il est au petit coin, et ça doit faire une heure qu'il y est..." Les commérages éclatent. Mais pourquoi prend-il autant de temps ? A-t-il conscience qu'il n'y a qu'une toilette au sein de cette TPE de 20 salariés ? L'image de Jonathan toujours prêt à aider ses collègues, à proposer des afterworks, est alors entravée : en vrai, Jonathan ne serait-il pas égoïste ? Aurait-il des problèmes gastriques qu'il aurait caché intentionnellement à son employeur depuis maintenant 8 mois ? Pouvons-nous encore faire confiance à Jonathan ? Mais qui est Jonathan ?

12h01 : Jonathan sort des toilettes. Jeanne tente d'y rentrer et ressort directement en lançant à ses collègues un regard dé-goû-té. Les autres employés commencent à dévisager Jonathan, certains même, à lui en vouloir. Isabelle, qui attise autant de sympathie que Bashar al-Assad, ajoute sous le ton de la confidence : "je ne crois pas avoir entendu le robinet couler. Je doute qu'il se soit lavé les mains..." L'équipe part manger dans une ambiance pesante et accusatrice.

Depuis cette affaire, la vie de Jonathan n'est plus la même : ragots, regards réprobateurs dès qu'il s'approche des toilettes, refus de lui serrer la main... Rien est plus pareil. Je vous entends déjà vous demander : mais quelle est cette entreprise où il semble bon travailler ? Souhaitant partager les bons plans, je vais vous répondre : il y en a plusieurs. Là où le turn-over augmente plus rapidement que la productivité, c'est qu'il y a plus de commérages que de travail.